Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Visites virtuelles
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Center for Responsible Nanotechnology
Life Drop
Edge
PortAI, le portail de l'AFIA
Principia cybernetica project
Global Brain Group

Mars 2001

Visites Virtuelles
LIEN

L'Institut d'Histoire et Philosophie des Sciences et des Techniques

LASMEA. Laboratoire des sciences et matériaux pour l'électronique et l'automatique.

L'Institut d'Histoire et Philosophie des Sciences et des Techniques http://panoramix.univ-paris1.fr/IHPST/

On ne peut s'intéresser à la robotique et plus généralement aux technologies de l'information sans savoir ce qu'en pensent les philosophes. La prestigieuse Université de Paris I Panthéon-Sorbonne dispose d'une unité de formation et de Recherche (UFR) de philosophie, ainsi que d'un Institut, fondé en 1935, sous le nom d'Institut d'histoire des sciences. Extrayons de la page consacrée à cet Institut les lignes suivantes, qui rappelleront beaucoup de choses aux "anciens":

"L'institut d'histoire des sciences a été fondé le 28 janvier 1932 à la Faculté des lettres de l'Université de Paris, sur la proposition d'A. Rey, titulaire, après G. Milhaud, de la chaire d'" histoire de la philosophie dans ses rapports avec les sciences " de la Sorbonne. Cette création répondait aux souhaits émis lors des premiers congrès internationaux d'historiens des sciences. L'Institut devint en 1933 l'Institut d'histoire des sciences et des techniques et fut rattaché aux cinq Facultés de l'Université de Paris. À son premier comité directeur on relève, parmi d'autres, les noms de scientifiques comme L. de Broglie, L. Brillouin, E. Cartan, J. Perrin, P. Langevin, de philosophes comme E. Bréhier, L.Brunschwicg, E. Gilson, A. Koyré, A. Lalande, L. Robin, mais aussi de L. Febvre, L. Massignon, M. Mauss ou P. Rivet. L'Institut et sa bibliothèque de plus de 5000 volumes s'installa en 1935 au 13, rue du Four, qui est encore son adresse actuelle. Les affiches annuelles annonçant le programme des cours et des conférences d'invités, français ou étrangers, manifestent la vitalité de l'Institut dans ces années d'avant-guerre

En 1936 fut d'ailleurs fondée une Société des amis de l'histoire des sciences. La revue de l'Institut, Thalès, publia ces travaux de 1934 à 1968, avec, par exemple, des numéros spéciaux sur le concept d'évolution au XIXe siècle ou sur la technologie. La renommée internationale de l'Institut fut développée par ses directeurs successifs, après A. Rey : G. Bachelard, G. Canguilhem, S. Bachelard, J. Bouveresse, F. Dagognet et J.-P. Séris. En 1969, lors de la division de l'Université de Paris, l'Institut fut rattaché à l'Université de Paris I. Depuis le rattachement à l'Université de Paris I de l'URA CNRS 1079 - devenue aujourd'hui UMR 8590 -, l'Institut s'appelle Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST). L'institut est actuellement dirigé par Anne Fagot-Largeault.

Dès son origine, l'Institut illustre ce que G. Canguilhem a appelé le "style français en histoire des sciences", qui récuse un point de vue historique purement érudit et ne se départit jamais d'une approche philosophique. Dès le début aussi apparaît la volonté d'impulser des travaux dans les différents domaines de la pensée scientifique : logique et mathématiques, physique, chimie, biologie et médecine, sciences humaines. Il a également toujours été porté attention aux conditions sociales de l'activité scientifique et à l'histoire des techniques. Dès le début enfin, l'Institut a cherché à établir une coopération entre philosophes et scientifiques intéressés par la recherche en histoire et philosophie des sciences, que l'Institut a largement contribué à développer en France."

La page Enseignements et séminaires associés précise les thèmes de ces derniers http://panoramix.univ-paris1.fr/IHPST/enseignement.htm

Retenons en particulier, pour ce qui concerne notre domaine:
- Séminaire  "Philosophie des mathématiques et de l'informatique"
- Séminaire "Le mental et le social"
- Séminaire inter-universitaire de philosophie des sciences
- Cours de logique et de philosophie des sciences à l'IHPST
- Séminaire "Philosophie du langage"
- Séminaire "Arguments transcendantaux en philosophie de la physique et en philosophie de la connaissance"
A noter aussi le Groupe d'études sur le pragmatisme et la philosophie américaine GEPPA qui dispose d'un site autonome http://pragmatisme.free.fr/index.htm

On trouvera sur le site  le l'IHPST les noms des intervenants et un résumé de certains des thèmes d'enseignements. Ces résumés, trop brefs, ne remplacent pas l'accès au texte intégral des cours, mais donnent cependant une idée satisfaisante des orientations retenues par les enseignants. Il est regrettable qu'ils ne soient pas fournis pour l'ensemble des cours.

Une autre formule intéressante offerte par l'Institut est La Gazette du séminaire inter-universitaire de philosophie des sciences. Il s'agit de comptes rendus en ligne d'ouvrages classiques ou récents en philosophie des sciences, par les étudiants du séminaire) http://panoramix.univ-paris1.fr/IHPST/gazette.htm
Des étudiants-chercheurs proposent des fiches de lecture intéressant une trentaine d'ouvrages récents ou réédités indispensables à tous ceux qui veulent connaître les bases de la philosophie des sciences.

Ceci dit, une réserve s'impose, à nous qui ne sommes pas, loin de là, des philosophes - même si nous essayons d'y comprendre quelque chose. Je prends quelques titres d'exposés constituant le séminaire de philosophie des mathématiques et de l'informatique:
- l'identité des indiscernable dans l'ontologie contemporaine
- une logique hyperintensionnelle non typée
- the philosophical basis of linear logic
- Wittgenstein et le constructivisme: la preuve de l'infinité des nombres premiers d'Euler

Ne peut-on craindre (simple question) que, non seulement les intitulés mais surtout les contenus (ou la façon de les présenter, adoptée par les éminents conférenciers) n'éloigne pas de ces matières de nombreux informaticiens de terrain, qui devraient pourtant pouvoir en tirer profit ?

NB : Parmi les liens fournis, qui intéressent les principales bibliothèques du monde, notons un site qui offre des bibliographies de scientifiques, et des renseignements divers sur la science en général, Infosciences http://www.infoscience.fr/histoire/biograph/biograph_som.html, à mettre dans nos signets.

Automates Intelligents © 2001

 

   Sur le site
Sur le web   





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents