Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Visites virtuelles
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Center for Responsible Nanotechnology
Life Drop
Edge
PortAI, le portail de l'AFIA
Principia cybernetica project
Global Brain Group

Février 2001

Visites Virtuelles
LIEN

Le groupement de recherche "Prothèses auditives : fonctions psychobiologiques et psychosociologiques"
L'ADIT


Logo CNRSLe groupement de recherche "Prothèses auditives : fonctions psychobiologiques et psychosociologiques"
Source CNRS

http://www.cnrs.fr/cw/fr/pres/compress/prothese/presentGDR.htm

Le CNRS a annoncé, par une conférence de presse du 26 janvier 2000, la création du Groupement De Recherche (GDR) "Prothèses auditives : fonctions psychobiologiques et psychosociologiques". Mise en place sur une durée de quatre ans, il a pour objectif d'étudier les conséquences chez les malentendants de la mise en place d'un appareillage auditif. Il associe les compétences de cinq équipes de recherche du CNRS et d'industriels et professionnels de la prothèse auditive (Siemens, Oticon, Phonak, CCA Groupe, Entendre).

Il est évident que les progrès qui pourront être faits dans ce domaine seront réutilisables dans de nombreuses applications supposant des interfaces directs homme-machine.

Dans l'immédiat la création de ce GDR revêt un triple intérêt :

  • Médical : En France, environ 5 millions de personnes souffrent de surdité. La réhabilitation par prothèse auditive constitue l'un des traitements les plus adaptés de la perte auditive non curable chirurgicalement ou médicalement, en raison notamment du vieillissement de la population et par conséquent de l'augmentation quantitative du nombre de cas de presbyacousie (affaiblissement de la sensibilité auditive due à l'âge) pouvant bénéficier d'une audioprothèse.

  • Economique : Les Français bénéficient cependant peu des prothèses auditives : le taux d'appareillage en France est de l'appareil pour 319 personnes contre 1 appareil pour 120 en moyenne en Europe. Parmi les explications proposées pour expliquer ce retard, il apparaît que la prothèse est perçue comme synonyme de vieillissement mais aussi qu'elle est coûteuse, insuffisamment prise en charge par la Sécurité sociale et qu'elle paraît peu efficace en raison d'une image passéiste. Or, les prothèses disponibles actuellement relèvent d'une technologie sophistiquée dotée d'outils numériques.

  • Scientifique : L'existence de performances perceptives, cognitives et sociales modifiées après la mise en place d'un appareillage auditif est signalée par les professionnels et les cliniciens. Le patient appareillé constitue un modèle de plasticité cérébrale fonctionnelle (réorganisations fonctionnelles du cerveau, d'une part après une perte auditive, d'autre part après réhabilitation auditive par une prothèse), mais la littérature scientifique reste pauvre dans ce domaine.

Le GDR "Prothèses auditives" a pour but d'étudier, chez les malentendants appareillés, l'évolution des performances auditives, de la compréhension, de la mémoire, de l'attention, ainsi que des modifications psychosociales et psychopathologiques. Les outils utilisés seront ceux de la psychologie cognitive, de la psychoacoustique et de l'imagerie cérébrale fonctionnelle.

Ce projet scientifique implique une collaboration étroite entre les équipes de recherche et les industriels. Il est créé pour une durée de quatre ans. Son budget est de 15400 kF HT dont 11400 kF HT sont pris en charge par le CNRS et les Universités et 4000 kF HT par les industriels et les professionnels de la prothèse auditive.

Le GDR "Prothèses auditives" est dirigé par Lionel Collet, directeur du laboratoire Neurosciences et systèmes sensoriels (CNRS/Université de Lyon1) http://olfac.univ-lyon1.fr/

La mission de ce laboratoire est d’étudier les aspects moléculaires, cellulaires et intégrés des processus sensoriels et plus particulièrement l’audition et l’olfaction. Le laboratoire est structuré en quatre équipes de recherche et une équipe logistique: Perception et mécanismes auditifs. Mécanismes physiologiques et cognitifs de la perception olfactive. Réseaux neuronaux de l'olfaction. Neurobiologie du système olfactif.

Le GDR comportera 5 équipes de recherche:
Equipe n° 1 : Audition et prothèse auditive, Laboratoire Neurosciences et systèmes sensoriels (CNRS/Université de Lyon 1- Lyon)
Le système auditif comme les autres systèmes sensoriels, est organisé de manière "topique". Concrètement, le codage des fréquences auditives au niveau de l'appareil sensoriel (organe de Corti) n'est pas distribué au hasard mais dans un ordre déterminé (tonotopie) qui sera ensuite retrouvé depuis l'organe de Corti (cochlée) jusqu'au cortex auditif. Le malentendant presbyacousique (la presbyacousie est la perte auditive liée au vieillissement) présente essentiellement une perte sur les fréquences élevées (supérieures à 2000 Hz). Il a été établi chez l'animal que les zones corticales codant les fréquences élevées après une perte auditive périphérique sur ces fréquences peuvent encore répondre à des stimulations auditives mais à la dernière fréquence non atteinte. En d'autres termes, la surdité étant partielle ne couvre pas toutes les fréquences et les neurones initialement "spécialisés" dans une certaine fréquence, qui n'est plus sollicitée en raison de la perte auditive, sont capables de répondre à d'autres fréquences audibles. En l'occurrence, ils répondent à la plus haute fréquence perçue inférieure à la première fréquence de perte auditive. Il existe donc une réorganisation cérébrale fonctionnelle de la carte des fréquences au niveau du cortex qui est bien établie chez l'animal. L'objectif de notre étude sera d'examiner si une telle réorganisation existe chez l'humain malentendant et surtout, quelle sera l'influence de l'appareillage auditif et donc du retour du patient dans un environnement sonore, sur cette réorganisation. L'originalité de la démarche consistera à associer les deux types de méthodologie d'analyse(perceptive et objective), en utilisant notamment la technique de la magnéto-encéphalographie.


Equipe n° 2 : Compréhension et prothèse auditive, Laboratoire Systèmes biomécaniques et cognitifs (CNRS/Université de Strasbourg 1- Strasbourg)
L'objectif principal du projet de l'équipe n° 2 est de fournir une base évaluative aux déficits de compréhension du langage. La procédure expérimentale fera appel à une tâche de décision lexicale avec présentation auditive des items. Son principe est de présenter une série de mots et de non-mots (quasi-mots prononçables). Après chaque présentation, le sujet doit décider le plus rapidement possible (mesure du temps de réaction) si l'item présenté était un mot de sa langue ou un non-mot. Le matériel sera à constituer en fabriquant des listes de mots présentant ou non des difficultés phonétiques et des non-mots appariables phonétiquement... Les expériences seront faites dans de nombreuses conditions différentes.


Equipe n° 3 : Processus cognitifs et prothèse auditive, Laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs (Université de Lyon 2 - Lyon)
On assiste (avec le vieillissement de la population) à un déplacement de l'intérêt des problèmes directement liés à la dégradation physiologique vers les aspects psychologiques, voire cognitifs, du vieillissement. Les opérations de recherche auront comme objectif de concilier et d'articuler ces deux aspects centraux, le point commun des travaux proposés étant de porter sur les liens entre les déficits perceptifs liés au vieillissement et les caractéristiques des processus cognitifs de plus haut niveau chez les personnes âgées. Les travaux se centreront principalement sur les problèmes de mémoire. On se situera dans une perspective théorique de sous-systèmes de mémoire multiples, dans laquelle il est admis que certains sous-systèmes mnésiques (par exemple, la mémoire explicite (1), sont plus sensibles aux effets de l'âge que d'autres sous-systèmes (par exemple, la mémoire implicite (2). On observera si l'effet délétère du vieillissement (sur les performance de mémoire explicite, par exemple) se manifeste de façon différenciée chez les patients appareillés et chez ceux qui ne l'ont pas été. L'hypothèse est faite qu'une réduction de la qualité de la perception auditive se traduira par une aggravation des effets de l'âge sur les performances de mémoire explicite. Une batterie de tâches originales et informatisées sera élaborée.
1) La mémoire explicite concerne un ensemble d'éléments que l'on peut interroger directement (ce que l'on a mangé hier ou vu à la télévision aujourd'hui, par exemple) et qui sont placés dans un contexte spatio-temporel d'apprentissage bien défini. Ces éléments peuvent s'exprimer par le langage.
2) La mémoire implicite concerne un ensemble de compétences qui ne peuvent pas être interrogées directement mais qui peuvent l'être de façon indirecte à travers la performance des sujets. Ce sont : les procédures (faire du vélo, tricoter…) et l'amorçage. Ce dernier exprime la facilitation du traitement (p. ex., reconnaissance, dénomination) d'un stimulus (objet ou autre…) suite à la présentation de ce même stimulus dans une phase antérieure de l'expérience. Les mécanismes implicites sont généralement peu affectés par le vieillissement, au contraire des mécanismes explicites qui s'altèrent.

Equipe n° 4 : Attention et prothèse auditive, Laboratoire Neuropsychologie des processus d'adaptation (UFR de Psychologie - Université Paris 8 - Saint Denis) et Laboratoire neurosciences cognitives et imagerie cérébrale (CNRS - Paris)
Parmi les modalités sensorielles, l'audition et la vision jouent un rôle de premier plan dans l'interaction de l'individu avec l'environnement et dans son adaptation à cet environnement. L'un des processus fondamentaux de cette adaptation est la capacité attentionnelle du sujet qui garantit sa survie et assure son intégration dans son environnement physique et humain. On ne peut aborder aujourd'hui l'étude de l'attention sans tenir compte de son caractère multidimensionnel et de sa fonction de contrôle dans le traitement de l'information. Dans ce projet, les chercheurs s'intéresseront à deux dimensions : la sélectivité et le maintien de l'attention en raison de leur rôle majeur dans la perception et dans l'audition en particulier.
La sélectivité de l'attention (ou attention sélective) permet de traiter une information ou un groupe d'informations parmi le flot continu sollicitant le système perceptif. Guidée par la pertinence de l'information à privilégier, cette opération assure la réalisation de l'objectif fixé et évite la surcharge du système. La réussite de la sélectivité est basée sur la mise en œuvre d'autres opérations mentales tels que les mécanismes d'inhibition.
Le maintien de l'attention (ou attention soutenue) est une fonction importante qui assure la pérennité des performances lorsque la tâche nécessite un temps de résolution long. Dans ce cas, la réussite est basée sur le maintien de l'intérêt et de l'attrait du but à atteindre. Cet attrait peut être mesuré à la dimension de la valeur vitale ou ludique de l'objectif à réaliser. Les obstacles à franchir ici sont la durée de la tâche et l'interférence potentielle (exogène comme endogène) à laquelle il faut opposer une résistance.
Les recherches s'attacheront à déterminer le comportement auditif. La performance des sujets sera évaluée au moyen de la vitesse et de l'exactitude des réponses produites. L'exploration par l'imagerie du comportement auditif sera réalisée selon la pertinence des attentes : au moyen de techniques telles que l'Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf) ou la Tomographie par Emission de Positon (TEP)) pour explorer les structures impliquées dans ce comportement, au moyen d'imagerie dynamique (potentiels évoqués tardifs (PE ou ERP), MagnétoEncéphaloGraphie (MEG)) pour explorer la temporalité des opérations perceptivo-motrices qui sous-tendent le comportement auditif.
Sur le plan comportemental, on étudiera la pertinence et la saillance d'une ou plusieurs informations cibles parmi des informations non cibles... Les travaux seront menés selon deux approches : synchronique et diachronique. L'approche synchronique permet de faire le point sur un aspect précis d'un comportement donné, dans sa forme normale ou pathologique. L'approche diachronique, en revanche, tient compte de la dynamique du phénomène étudié et de son évolution sous diverses influences...


Equipe n° 5 : Psychologie, psychopathologie et prothèse auditive Laboratoire Personnalité et conduites adaptatives (CNRS/Universités de Paris 6 et 7 - Paris)
Le projet s'inscrit dans une perspective générale d'étude des effets psychologiques de la mise en place d'une prothèse auditive chez le sujet malentendant. L'objectif est double : Etudier les effets de la prothèse auditive sur l'humeur dépressive, l'insertion sociale et la qualité de vie  - Décrire la séquence des changements comportementaux et émotionnels au cours et au décours de l'installation de la prothèse ; il s'agit en particulier de rechercher une phase d'anxiété et d'irritabilité dans les premières semaines qui suivent l'appareillage.

Industriels impliqués :
CCA Groupe
ENTENDRE www.groupe-entendre.com
OTICON www.Oticon.com
PHONAK www.phonak.fr
SIEMENS Audiologie http://siemens-audiologie.eskatoo.de/

Contact presse :
Martine Hasler Tél : 01 44 96 46 35 Mél : martine.hasler@cnrs-dir.fr
Contact département Sciences de la vie : Thierry Pilorge Tél : 01 44 96 40 26 Mél : thierry.pilorge@cnrs-dir.fr

Automates Intelligents © 2001

 

   Sur le site
Sur le web   





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents