Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
Google, le jeu de Go et l'avenir de l'humanité
Quelle France pour 2045 ? Essai de prospective et de préconisation
Des systèmes cyber-physiques au système Méta, une Méta-dictature coole
Défense intérieure face à ébola : nous ne sommes pas prêtss

08 mars 2014
par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Droits des femmes

BICEP 2

Nous avions précédemment dit ici notre admiration pour les Femen, qui malgré les risques manifestent nues en faveur des droits des femmes. En Russie, cela s'était mal terminé, de même qu'en Tunisie. Même en France à Notre-Dame elles ont eu droit à des brutalités de la police et de membres de mouvements d'extrême droite. C'est tellement facile de porter des coups de pied à une femme jetée à terre.

Aujourd'hui, 8 mars, journée internationale des droits de la femme, sept jeunes femmes se revendiquant militantes du monde arabe et musulman, ont réitéré l'acte des Femen devant la pyramide du Louvre à Paris. Munies des drapeaux tunisien, iranien, arc-en-ciel et français, elles se sont dévêtues devant l'entrée du musée, avant de marcher le long des bassins.
Elles ont scandé "liberté, laïcité, égalité". Sur leur corps, on pouvait lire des slogans tels que "game over", ou "liberté", ainsi que des inscriptions en arabe. Parmi elles se trouvait Amina Sboui, ancienne militante des Femen, qui a passé début août deux mois en détention en Tunisie.

Celle-ci a tenu des propos repris pas les autres manifestantes : Nous faisons cela en solidarité avec les femmes arabes, qui se font lapider partout dans le monde islamique, partout dans le monde arabe (...) Nous sommes contre la charia, contre le sexisme, contre la lapidation, contre la burqa, contre le voile". "Personne n'a de droits sur mon corps", a proclamé quant-à-elle Myriam Russel, membre des Femen.

Nous relayons ici ce message, car il devrait être repris par toutes les femmes, et pas seulement dans le monde arabo-musulman. En France, il devrait faire écho dans les banlieues, où sous la pression des grands frères, des pères et même des femmes des génération précédentes, de jeunes filles acceptent de se laisser ramener à l'époque des harem, en se laissant imposer le voile et le silence.

Quant au gouvernement français, qui n'a rien de plus pressé que dérouler des tapis rouges devant les représentants du Qatar et des monarchies pétrolières, Etats connus pour leur haute estime des femmes et de leurs droits, il devrait aussi y réfléchir.


© Automates Intelligents 2014

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents