Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
"Monitoring" de la planète - Les drones
NTIC et combat pour la démocratie
Privatisation de l'espace
War games at Crypto-city

27 mai 2011
par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

[Sciences, technologies et politiques]

Le boom du nucléaire


Centrale nucléaire de Qinshan (Haiyan, province du Zhejiang)
Centrale nucléaire de Qinshan
(Haiyan, province du Zhejiang)

Il ne s'agit pas pour le moment d'un boom lié à un accident de fission, mais d'un boom économique. Il apparaît que l'accident de Fukushima n'a en rien découragé les pays asiatiques (Japon excepté) dans leurs programmes de construction de réacteurs. Les investisseurs principaux seront les industriels chinois et indiens, en coopération initiale avec des occidentaux, notamment Areva et EDF ou le russe Rosatom.

Les générations de réacteurs civils sont classées en 4 catégories, toutes utilisant les technologies de la fission. Une 5ème génération s'en distinguera nettement, mais elle est encore mal définie. Elle fait appel à la fusion.

D'une façon générale, les réacteurs actuels sont de deuxième génération. Celle-ci, illustrée par les défaillances de Fukushima, sera abandonnée dans la décennie actuelle au profit d'une troisième génération, dite plus sûre mais un peu plus coûteuse. Le modèle EPR d'Areva est présenté comme un produit de 3ème génération+, c'est-à-dire encore amélioré par rapport à la 3ème génération de Westinghouse.

La puissance des réacteurs est un élément important du choix. Elle varie de 600 Megawatt à 1.000 MW, atteignant 1.400 et 1.650 dans les modèles de génération 3+ tel celui proposé par Areva. De petits réacteurs modulaires de 300 MW sont désormais envisagés, notamment pour l'exportation. Mal entretenus, ils peuvent être aussi meurtriers que les gros.

En Chine, les deux grands constructeurs sont China National Nuclear Corporation (CNNC) et China Guangdong National Power Corporation (CGNPC). L'objectif est de passer de 15 Gigawatt (GW) installés aujourd'hui à 60GW en 2020 et 200GW en 2030 (soit 4 fois le parc français). Il s'agira aussi d'exporter, notamment vers l'Afrique du Sud. Concernant le combustible, Tractebel filiale de GDF-Suez va construire une usine en attendant l'acquisition par la Chine de la compétence d'Areva pour le retraitement.

La démarche envisagée par l'Inde est plus complexe. Le National Power Corporation of India Ltd ne dispose que d'une puissance installée en G2 de 5GW. Elle vise 40 GW vers 2020, en coopération avec les industriels étrangers dont Areva. Il faut savoir que la population locale visée par l'installation des EPR manifeste une forte opposition mais le gouvernement semble décidé à passer outre.

A terme, comme l'Inde n'a pratiquement pas de minerais d'uranium, sauf ceux importés, elle envisage de généraliser l'utilisation du thorium dont nous avons précédemment évoqué les perspectives, mais aussi les risques, liés à la difficulté de réaliser des enceintes résistantes aux neutrons rapides. Si l'Inde réussit dans cette voie, elle obtiendra une avance technologique importante, récupérable dans la future filière de réacteurs de 4ème génération.

Ces réacteurs sont encore à l'étude dans le monde entier.
Le démantèlement par la France de son surgénérateur super-Phoenix de Cadarache a interrompu les recherches. Mais celles-ci reprendront inévitablement, avec une sécurité se voulant améliorée et dans diverses parties du monde, comme le montrent les programmes affichés pour la Génération 4 par les grands industriels notamment asiatiques.

On peut conclure de ce qui précède que les appels à la sortie du nucléaire ne sont pris au sérieux par les pouvoirs publics que dans la seule Europe. Les enjeux scientifiques et industriels sont tels que les grands pays non européens et sans doute aussi de plus petits pays bien moins fiables vont continuer à s'équiper. Manifestement, les gouvernements concernés considèrent que les accidents affectant les populations sont un risque à courir.

Le problème est que, la Terre étant sans frontières, un accident majeur survenant en n'importe quel point du globe affectera nécessairement l'ensemble de celui-ci. Mais il sera alors trop tard pour arrêter le train. Il faudra enterrer les morts et continuer.

Pour en savoir plus
Le nucléaire du futur. Document CEA 2007 : http://nucleaire.cea.fr/fr/nucleaire_futur/4eme_generation.htm
Les générations de réacteur nucléaire :
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_
de_r%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire..
.
La Génération IV : http://fr.wikipedia.org/wiki/Forum_International_G%C3%A9n%C3%A9ration_IV
"Les réacteurs nucléaires de 4ème génération : une illusion pour l'énergie".
Article de Futura Sciences 2008 : http://futura24.voila.net/nucle/generation4.htm



© Automates Intelligents 2011

Analyse d'audience

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents