Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
"Monitoring" de la planète - Les drones
NTIC et combat pour la démocratie
Privatisation de l'espace
War games at Crypto-city

20 Mai 2002

Décès de Stephen Jay Gould
par Jean-Paul Baquiast

Stephen Jay GouldStephen Jay Gould est finalement mort du cancer du poumon dont il souffrait depuis plusieurs années le 20 mai 2002 à l'âge de 60 ans. C'est une triste nouvelle pour tous ceux qui, en France comme dans son pays et dans le reste du monde, voyaient en lui le représentant d'une science ouverte sur le monde et sur la vie, comme l'espèce se fait peut-être de plus en plus rare. Rappelons pour les francophones que Gould parlait parfaitement notre langue. Il avait enregistré il y a quelques années un entretien avec Stéphane Deligeorges, de France Culture, que celui-ci a rediffusé le 23 mai, avec la participation de Pascal Tassy, paléontologue et professeur au Museum National d'Histoire Naturelle, Hervé Le Guyader, professeur de biologie évolutionniste à Paris VI  et Marcel Blanc, lequel traduit actuellement le dernier ouvrage monumental du célèbre biologiste: The Structure of Evolutionary Theory,  1350 pages, publié en 2002 par Belknap, Harvard, et dont nous rendrons compte dès que possible.

Nous ne nous donnerons pas le ridicule ici de résumer la vie, l'oeuvre et les thèses de Stephen Jay Gould, que connaissent tous les évolutionnistes, qu'ils soient biologistes ou non. Rappelons seulement pour ceux qui n'ont lu de cette œuvre que quelques uns des quelque 300 articles publiés chaque mois pour le magazine Natural History depuis 1974, ou ne se souviennent que du terme d'Equilibre ponctué, que Gould n'avait pas renoncé à poursuivre un véritable travail de recherche scientifique pour approfondir et moderniser le darwinisme, quitte à contredire les interprétations les plus courantes de la pensée originale de Darwin. C'est The Structure of Evolutionnary Theory qui s'inscrit dans cette perspective de recherche. Le livre, par son importance, n'a pas encore fait l'objet de commentaires suffisants pour que l'on puisse en apprécier la portée exacte, face aux multiples écoles qui divisent aujourd'hui l'évolutionnisme, que ce soit en biologie, en sociologie ou en intelligence artificielle. Il semble qu'il ne fasse pas l'unanimité, mais c'est un sort normal pour tout travail d'ampleur.

Couverture du livre The Structure of Evolutionary Theory, de Stephen Jay GouldLa meilleure façon de rendre hommage à Stephen Jay Gould sera de lire et critiquer ce livre, notamment pour en tirer tous les éléments permettant d'enrichir le concept capital d'évolution, d'en préciser les facteurs, de diversifier les applications susceptibles d'en être tirées.

Le dossier que nous ouvrons dans ce numéro sur les travaux de Stephen Wolfram nous paraît montrer qu'une des pierres de touche pour juger de la pertinence de ceux-ci sera d'examiner comment les modèles de l'évolution qu'il se propose de construire avec les automates cellulaires seront ou non compatibles avec les modèles plus généraux proposés par Stephen Jay Gould.

Pour en savoir plus
Le Monde, dans son numéro du 22 mai, a eu la bonne idée de référencer quelques sites évoquant Stephen Jay Gould ou lui rendant hommage. Citons en particulier:
Chronicle of Higher Education, un article sur Gould et The Structure of Evolutionary Theory : http://chronicle.com/free/v48/i27/27a01401.htm#lines
Scientific American. Article sur Gould : http://www.brembs.net/gould.html
Robert Wright, auteur de Nonzero, the Logic of Human Destiny, précise pourquoi Gould a donné des armes aux créationnistes en s'en prenant de façon parfois sommaire au darwinisme : http://nonzero.org/newyorker.htm
Quelques articles de Gould dans The New York Review of Books, avec courriers et controverses (payant) : http://www.nybooks.com/authors/450
Le site Freethougt http://www.freethought-web.org/ctrl/ qui s'inscrit dans les mouvements de lutte contre les fondamentalismes religieux aux Etats-Unis publie la liste des oeuvres de Gould : http://www.freethought-web.org/ctrl/news/stephen_gould.html

Voir aussi notre analyse de son livre : Les coquillages de Léonard

 


© Automates Intelligents 2002

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents