Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
"Monitoring" de la planète - Les drones
NTIC et combat pour la démocratie
Privatisation de l'espace
War games at Crypto-city

23 Avril 2002

D'où vient la forme des vivants ?

par Stéphane Jourdan stephaneJOU@sct.ddec.edu.pf

Cet article, dont nous laissons la responsabilité scientifique à son auteur, pose de multiples questions dont la plupart intéresseront sûrement nos lecteurs. En ce qui concerne le programme génétique, on peut constater que Jean-Pierre Changeux, dans son dernier livre, L'homme de vérité, dont nous faisons par ailleurs la recension, donne des exemples concrets du lien, en matière de développement cérébral, entre la programmation génétique et le milieu de développement propre à chaque individu. Il reprend le terme  d'"épigénétique" souvent utilisé dans notre revue, qui provient si nous ne nous trompons pas, dans ce sens là, de E.O.Wilson, "père" de la sociobiologie. JPB et CJ.

Stéphane Jourdan est Ingénieur en agriculture à Tahiti, et dispose d'un DEA en écologie (voir http://www.ifrance.com/tahitinui//pinus/pinli13.htm).

Vous êtes vous demandé d'où vient la forme - prise au sens large - des êtres vivants ? Comment se fait-il qu'ils soient capables de reproduire la forme, non seulement de leur espèce, mais aussi à plus fine échelle, de leurs géniteurs ?

Chez ceux qui peuvent se multiplier par scissiparité ou bouturage, le problème ne se pose pas : la forme est acquise directement.

Chez les autres organismes on suppose que cette forme doit être "spécifiée" quelque part dans l'œuf et cette question est généralement assimilée à l'étude de l'hérédité.

Ainsi jusqu'à la fin du siècle dernier (le XXème !), les scientifiques ont pris l'habitude de considérer ce problème comme résolu théoriquement, sinon pratiquement par le raisonnement suivant : tout ce qui est génétique est héréditaire donc tout ce qui est héréditaire est génétique.

Bien que des chercheurs moins connus avaient critiqué cette position depuis belle lurette, Henri ATLAN a jeté en 1998 un pavé dans la mare avec son ouvrage : "La fin du tout génétique - vers de nouveaux paradigmes en biologie ?" - éditions INRA.

La farce du programme génétique

Le mathématicien/cybernéticien D. Hofstadter, dans son célèbre livre : "Gödel, Escher, Bach, les brins d'une guirlande éternelle" (1979) croyait lui aussi qu'en envoyant de l'ADN dans l'espace, les extraterrestres (intelligents qui recevraient le vaisseau dans leur jardin) pourraient reconstruire les êtres vivants dont cet ADN provenait à condition de chercher suffisamment longtemps! (chapitre 13). En fait, Hofstadter proposait cette histoire plutôt comme un test de la capacité des extraterrestres à décoder l'ADN avec plus ou moins d'indices. Quant au fait que l'être vivant en question était codé dedans, il considérait apparemment cela comme trivial, comme plus tard Spielberg :
dans le film grand public "Jurassic Park", on reconstitue un dinosaure à partir d'une cellule (un globule rouge en plus !) mais c'est à peine de la science fiction, cela est considéré comme une possibilité réelle!

Ces idées, on le voit, répandues du bas en haut de l'échelle scientifique, trouvent apparemment leur justification scientifique dans le concept de "programme génétique" devenu tellement banal que Ernst Mayr s'est permis d'écrire une "Histoire de la Biologie" qui l'emploie à chaque page sans en donner aucune définition ! (Editions Fayard, 1989)

Crédulité ou bêtise, ce prétendu "programme génétique" est assené à l'infini dans des livres scolaires, par exemple "Sciences de la Vie et de la terre" de Tavernier et Lizeaux, classes de 3ème, BORDAS, pp. 12, 13, 18, 19, 20, 22, 23, 50, 51, 52 (l'index admet seulement quatre de ces pages...).

Ce genre d'ouvrage ne mentionne jamais l'existence de caractères à transmission apparemment héréditaires mais dont on n'a jamais découvert de base génétique : le fait d'être droitier ou gaucher par exemple !

L'origine du Programme Génétique

Qu'elle la véritable origine de ce concept de programme génétique (PG) ? Atlan l'attribue à un super-amalgame : d'abord une confusion entre code et programme suivie d'une assimilation de ce programme-supposé au "programme de développement" des embryologistes (la simple constatation de l'absolue régularité des étapes du développement des œufs jusqu'aux adultes).

En réalité, il se pourrait que l'origine réelle de la notion de PG soit due au développement contemporain et intime de ces deux sciences : la biologie moléculaire et l'informatique. Si elles ont été et resteront indissociables techniquement - pas de séquençage sans ordinateur - elles n'ont en réalité aucune parenté épistémologique (tant que les cybernéticiens n'auront pas créé d'être vivant).

Atlan, qui ne remet à aucun moment en cause les métaphores informatiques, ne s'aperçoit pas non plus que ce concept de PG n'est pas le seul indice d'une contamination biologie-informatique - utilisation d'un terme informatique en biologie. Le PG trouve sa contrepartie exacte dans le "virus informatique" - utilisation d'un terme biologique en informatique. Malheureusement, tout le monde devrait bien voir que ce terme de virus informatique n'est qu'une simple boutade, difficile à élever seulement au rang d'analogie ! ... et que cela aurait dû rendre les scientifiques plus méfiants par rapport à une notion aussi creuse que celle du PG !

Que peut-on coder dans l'ADN ?

L'erreur de raisonnement est toujours la même : on découvre un gène dont l'absence ou l'anomalie provoque un certain changement par rapport à l'action normale. Aussitôt on en infère que l'action en question est "contenue" dans ce gène. Par exemple on laisse croire que le gène du chromosome Y "responsable" du développement des testicules chez l'embryon de mammifère serait un "gène du sexe mâle", c'est à dire qu'il aurait un lien avec le phénomène physique de la masculinisation, donc contiendrait le " plan " de la différentiation sexuelle du corps et du système nerveux, voire du comportement. Il n'en est rien, bien sûr, puisque la même différentiation s'opère dans d'autres classes animales ou végétales par d'autres procédés, caryotypiques ou physiologiques par exemple. En réalité, ce gène de la différentiation sexuelle n'est ni une portion de programme ni même une portion de données mais une simple marque arbitraire ne contenant aucune information !

Redescendons sur terre : bien sûr, il y a un "code génétique" qui contient des informations qui vont déterminer des caractères simples de notre forme : la couleur de nos yeux, notre groupe sanguin, notre complexe HLA etc., mais apparemment il y a un grand vide au -elà : comment se fait-il que personne ne se soit encore demandé théoriquement ce qu'on pouvait "coder", voire "programmer" avec le code génétique ?

Peut-on programmer d'avoir quatre membres ? Peut-on programmer la forme d'un os ? Peut on programmer l'insertion des muscles sur ces os ? Peut-on programmer la répartition et le sens d'insertion des poils sur la peau ? Peut-on programmer une durée (de vie par exemple ou d'une étape embryonnaire ) ? Peut-on programmer une dimension?

Que peut-on programmer avec 30000 gènes au maximum ? Allons plus loin : peut-on programmer la possibilité d'apprendre à parler ? Cette dernière affirmation, que le don d'apprendre à parler serait programmé dans l'espèce humaine, n'est pas rare dans les livres de linguistique ou traitant de l'évolution humaine. Pourtant n'est-ce pas aussi absurde que de penser que le don d'apprendre à lire ou à faire du vélo le serait aussi ?

Le problème de l'hérédité reposé

Une vache engendre une vache engendre une vache engendre une vache engendre une vache… et le processus paraît se répéter indéfiniment (à notre échelle).

Le code génétique ayant, à part quelques petites mutation spontanées, la propriété (prouvée) de se répliquer à l'identique, on en déduit habituellement qu'il est le responsable de la propriété (observée à court terme mais non prouvée à très long terme) des organismes vivants de se reproduire à l'identique quand il n'y a pas de changement génétique.

Un jour une vache ne pourrait-elle donner naissance à autre chose (un monstre) à partir du même matériel héréditaire, un monstre qui aurait les mêmes protéines mais qui ne serait plus une vache et qui se reproduirait semblable à lui-même?

Si on abandonne le tout génétique, c'est pour le remplacer par quoi ?

Bien que la critique d'Atlan contre le programme génétique soit très virulente au départ, ce qu'il propose finalement pour le remplacer reste assez timide : l'ADN ne serait pas un programme mais… des données, le programme correspondant à ces données ne serait pas dans l'ADN mais dans la cellule toute entière ! On voit qu'on ne s'échappe pas facilement de la métaphore informatique et ni même à celle du programme qu'Atlan, d'ailleurs, ne définit pas plus que Mayr !

Il y a pourtant d'autres directions de recherche : avant cette mode du tout génétique, on s'était beaucoup penché sur l'embryogenèse ainsi que sur l'étude des monstres : la tératologie. A cette science un peu oubliée, on doit ajouter quelques autres pistes peu défrichées : l'étude des régulations, dans le développement et dans le fonctionnement normal, y compris la réparation (par exemple la cicatrisation) et enfin l'étude des métamorphoses.

Il faut peut être revenir à la recherche, à l'enseignement et à la vulgarisation de ces disciplines !

C'est une telle réflexion, et non une recherche génétique, qui a permis à Iltis (Iltis H. H. 1983 From Teosinte to Maize: The Catastrophic Sexual Transmutation, Science, Vol. 222) de comprendre l'origine du Maïs domestique, avec son épi complètement aberrant au sein des graminées. Iltis explique l'apparition de la forme aberrante par sa situation transsexuelle au sein de l'architecture de la plante. "L'épi" de maïs ne viendrait en réalité pas d'un épi femelle de graminée mais d'un épi mâle féminisé ! Toutefois, à part le fait que les épis mâles en question auraient été amenés dans une zone d'influence femelle par un raccourcissement des rameaux latéraux, et une surenchère de mots opaques comme "catastrophe" et "transmutation", Iltis ne donne que très peu d'indication sur le mécanisme réel en jeu sur le plan ontogénique.

Il manque donc une théorie qui pourrait expliquer non seulement comment surgit la nouvelle forme mais d'où et pourquoi surgit cette forme...

La théorie du chaos appliquée à la biologie, ou comment se débarrasser d'une croyance

Pins atteints du phénomène de "Foxtailing" (ou queue de renard) © Photo : Stéphane JourdanChez les végétaux, la morphogenèse est généralement continue, c'est-à-dire qu'on peut l'observer pendant toute la vie de l'individu, contrairement à celle des animaux, plus ou moins confinée dans la vie embryonnaire. Cela permet d'étudier chez eux avec beaucoup de facilité les changements, quelquefois très brusques de l'architecture ou de l'anatomie.

C'est en étudiant de telles anomalies de l'architecture et des fructifications des pins et en cherchant des explications structurales (c'est-à-dire replacées dans le cadre de l'ontogenèse et de la phylogenèse) que je me suis rendu compte que divers anomalies de croissances pouvaient être expliquées par un même phénomène intervenant dans l'ontogenèse : le chaos (voir http://www.ifrance.com/tahitinui//pinus/pinli13.htm).

La théorie du chaos, multiforme et multidisciplinaire a déjà été appliquée en physique des écoulements pour modéliser l'apparition de la turbulence et, en biologie, a notamment été proposée comme explication de la fibrillation cardiaque.

On sait aussi que l'orbite des planètes du système solaire, en apparence stable et prévisible, recouvre une réalité chaotique si on l'étudie à long terme. Cette idée n'a pourtant jamais été appliquée, à ma connaissance, au phénotype des êtres vivants.

En effet, la constatation qu'un génotype donné produit habituellement le même phénotype, fait observé dans la reproduction des races pures homozygotes, chez les vrais jumeaux et aujourd'hui encore souligné dans le clonage ne suffit pas à prouver que le même phénotype sera toujours produit, ce qui ressort d'une "croyance" basée sur une erreur de raisonnement.

Un parallèle extrêmement pertinent m'a été signalé par Jean-Paul Baquiast : avec l'étude (hyper-médiatisée aujourd'hui) des prions, on s'aperçoit qu'un gène code une protéine dont le repliement définitif n'est finalement pas codé dans ce gène, contrairement à ce qu'on a longtemps affirmé par croyance !

De même à un génotype donné correspond habituellement un certain phénotype (pseudo-héréditaire !) ce qui n'empêche pas qu'un autre phénotype (pseudo-héréditaire !) pourrait très bien apparaître à tout moment, tant que le contraire n'est pas prouvé. Cette théorie de l'évolution brusque par la surrection du chaos pourrait expliquer a fortiori les grands bouleversements phénotypiques lors d'une légère modification génotypique (et/ou caryotypique) par exemple entre le chimpanzé et l'homme.

Si notre théorie recevait un jour des confirmations factuelles, elle aurait l'avantage de rendre possible le saltationnisme (et même carrément l'ancien mutationnisme) et d'expliquer le paradoxe du neutralisme.


© Automates Intelligents 2002

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents