Plan du site Aide Abonnement Nous Contacter


Actualité
Editorial
Interviews
Démocratie
Visites virtuelles
Art. Imaginaire
Du côté des labos
Le feuilleton
Manifestations
Biblionet
CD Rom
Echanges
Liens Utiles

 

Accueil > Echanges
Automates Intelligents utilise le logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue.
 
Archives
Billets/Articles
"Monitoring" de la planète - Les drones
NTIC et combat pour la démocratie
Privatisation de l'espace
War games at Crypto-city

4 Avril 2002

L'inconnue de Rodney Brooks

par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin

Rodney Brooks et son robot Cog © Peter MentzelDans un article assez extraordinaire qui selon-nous semble n'avoir pas assez attiré l'attention, Rodney Brooks (le père de la robotique évolutive) évoque l'hypothèse "qu'un concept fondamental, ou une notion mathématique inconnue nous fasse encore défaut pour réussir à faire enfin le pont entre la matière et la vie".
Paru initialement en janvier 2001 dans Nature* sous le titre "The relationship between matter and life", cet article n'a pas échappé à l'équipe éditoriale du mensuel La Recherche, qui l'a reproduit en français sous le titre "L'inimaginable chaînon manquant" dans son numéro spécial de février 2002 (n°350) consacré aux Nouveaux robots. Il serait d'ailleurs intéressant de savoir si, à ce jour, le point de vue de Rodney Brooks a évolué ou non depuis la parution initiale de l'article.

Quel en est  l'argument ? L'auteur constate que les modèles robotiques ne réussissent pas encore à imiter le vivant. La vie artificielle et la biologie constituent encore deux mondes séparés. Le lecteur non-informé ne s'en étonnera pas. Le contraire se serait su. Mais les chercheurs de l'ambition de Rodney Brooks s'en irritent. Pour eux la modélisation doit aboutir à des artefacts simulant non seulement la vie mais aussi la conscience artificielle. Or pour le moment cela n'est pas le cas. Que se passe-t-il ?

L'auteur élimine les trois explications généralement avancées pour expliquer cet échec : fausseté de certains paramètres, niveau de complexité des modèles encore insuffisant, manque de puissance informatique. Si cela était le cas, dit-il, les scientifiques s'en apercevraient et remédieraient aux insuffisances.

Reste la grande hypothèse : il manque une théorie fondamentale permettant de comprendre le vivant et, parallèlement, le simuler sur des systèmes artificiels. Beaucoup des chercheurs en intelligence artificielle évolutionnaire que nous rencontrons évoquent l'idée que l'état actuel de développement des mathématiques et de l'informatique fondamentale ne leur fournit pas les outils permettant de progresser dans la simulation de la vie par des animats. Malheureusement, disent-ils, les mathématiciens ne s'intéressent pas encore assez à leurs problèmes, jugés sans doute insuffisamment nobles.

Dans son article, et dans ce qu'il appelle "l'hypothèse" (hypothèse ou chaînon manquant), Rodney Brooks évoque des réponses à chercher au niveau des molécules du vivant. Ceci permettrait non seulement de comprendre la vie cellulaire mais aussi la conscience, et ouvrirait - répétons-le -des chemins royaux à la vie artificielle et à la conscience artificielle.
Mais il évoque aussi une autre direction de recherche : celle de "nouvelles mathématiques" permettant de modéliser le vivant. Si aucune des perspectives actuelles ne lui paraît pour le moment apporter beaucoup d'espoir, Rodney Brooks ne désespère pas : il termine son article en imaginant qu'une théorie mathématique simple mais totalement dérangeante par rapport à ce que l'on connaît aujourd'hui pourrait prochainement surgir et bouleverser notre vision des systèmes. Quand et à quelle occasion ? Nul d'après lui ne peut actuellement le prédire.

Ajoutons pourtant ici qu'en ce qui concerne le "mystère" de la vie, les biologistes ne restent pas inactifs. Le fait que celui-ci échappe encore à la modélisation physique et chimique perturbe actuellement beaucoup d'entre eux. Pourquoi par exemple n'est-on toujours pas capable de fabriquer en laboratoire des molécules réplicatives analogues à celles qui ont permis la synthèse de la vie ? Dans l'infinité des possibles, quelque chose a-t-il guidé les premières molécules réplicatives pour sélectionner les caractères ayant permis l'émergence des organisations cellulaires ?

Nous avons indiqué dans notre éditorial que le généticien écossais Johnjoe Mac Fadden croit avoir trouvé dans la mécanique quantique une réponse à ces questions (et ceci sans faire appel aux théories plus ou moins fumeuses de Penrose et Eccles). A-t-il fourni une clef utilisable, y compris en intelligence artificielle? Johnjoe MacFadden le croit. Avec le développement des nanotechnologies l'informatique atteint l'atome sinon la particule et rejoindra sans doute vite un espace où des logiques communes à la vie et à l'artificiel pourront être envisagées.

Dans des perspectives relevant cette fois-ci de l'informatique et de l'organisation des systèmes, d'autres scientifiques pensent avoir trouvé à la question posée par Rodney Brooks des réponses ressortissant de l'intelligence artificielle des systèmes multi-agents, réponses qui ne demanderaient que quelques moyens de développement pour voir le jour.

Bref, il n'est peut-être pas illusoire d'imaginer que la grande et belle inconnue de Rodney Brooks puisse très prochainement commencer à se dévoiler. Comme il le dit dans sa conclusion, ce serait surprenant, délicieux et excitant.

* Nature, Volume 409, 18 janvier 2001, pages 409 à 411 (article disponible gratuitement au format pdf sur le site de Rodney Brooks : http://www.ai.mit.edu/people/brooks/papers/nature.pdf
* Sommaire  du numéro consultable sur http://www.larecherche.fr/arch/02/02
. Voir aussi notre actualité du 25/1/02 http://www.automatesintelligents.com/actu/020131_actu.html#actu1

Pour en savoir plus
Rodney Brooks: page personnelle : http://www.ai.mit.edu/people/brooks/index.shtml
I-Robot, société dont Rodney Brooks est président : http://www.irobot.com/home/default.asp
Notre article (mars 2000) : un chercheur nommé Rodney Brooks : http://www.automatesintelligents.com/labo/2000/mar/brooks.html


© Automates Intelligents 2002

 





 

 

 

Qui sommes nous ? Partenaires Abonnement Nous Contacter

© Association Automates Intelligents